Alors que les débats budgétaires se déroulaient dans le cadre normal du conseil municipal de la commune et que l'opposition exprimait sa vision politique, certes divergente de celle de la majorité, le maire a mis fin de manière autoritaire et arbitraire aux échanges.

II a ainsi clairement bafoué la démocratie. 

Roger Didier n'aime pas les débats, ne supporte pas la contradiction mais surtout à présent et pour la nouvelle fois depuis le début du mandat, ne respecte pas la loi. 

En effet, le Conseil constitutionnel a reconnu le droit d'expression des élu•es locaux comme une liberté fondamentale.

En ôtant la parole aux élu•es d'Ambitions pour Gap et en imposant le vote du budget malgré les débats en cours, il a empêché cette liberté, entachant d'irrégularité le vote du budget de la ville. 

Les élu•es d'Ambitions pour Gap, face à ce comportement inacceptable, ont quitté la séance.

L'intégralité de la suite du Conseil municipal est ainsi remise en cause. 

Nous demanderons donc à la Préfète d'exercer le contrôle de légalité et d'imposer au Maire de Gap de permettre un vrai débat lors du prochain Conseil municipal. 

Les échanges sur le budget ont été interrompus brusquement par le maire qui a procédé au vote alors que des demandes de prise de parole étaient en cours. Nous aurions voté contre ce budget car il ne répond aucunement aux priorités qui devraient être celles d'une commune en ces temps de crise sanitaire, sociale et environnementale et ceci afin de soutenir notre économie, l'emploi, les plus faibles d'entre nous, le tissu associatif et de renforcer le service public en donnant de nouveaux moyens aux agents de la ville.

Ambitions pour Gap - Charlotte Kuentz, Christophe Pierrel, Isabelle David, Eric Garcin, Pimprenelle Butzbach, Nicolas Geiger et Pauline Fraboulet