Ce jeudi 18 mars, le conseil de l’agglomération Gap-Tallard-Durance a arrêté son Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET). Document de planification, le PCAET est un outil réellement pertinent si les acteurs d’un territoire, qu’ils soient élus, citoyens, institutionnels ou privés s’en saisissent et le mettent en œuvre.

Or, le PCAET présenté a fait l’objet d’une seule et unique réunion publique. Le contexte sanitaire actuel complexifie effectivement la mise en place d’une réelle concertation. Cependant, pour que les citoyens aient les moyens de se saisir d’un projet, il existe des solutions comme les outils numériques ou la mise à disposition des documents dans des lieux ouverts au public. Sur la mise en œuvre du PCAET : les engagements sont peu voire pas définis. Les 37 fiches actions restent généralistes sans réelle traduction opérationnelle autre qu’un projet ponctuel ou isolé. Rares sont les actions budgétées, leur hiérarchisation et leur orchestration dans le temps n’est pas abordée et planifiée sur le mandat 2021-2026. Ce manque soulève des doutes importants sur l’opérationnalité réel du PCAET et la cohérence globale de ce qui sera réalisé.

Lors du vote et dans l’attente de voir comment ces remarques seront prises en compte dans la version approuvée du document, notre groupe s’est abstenu et restera vigilant dans les mois et années à venir sur la réalisation de ce PCAET et la cohérence globale des actions qui seront menées.

Nous sommes également intervenus spécifiquement sur le futur règlement d’utilisation des abris vélos sécurisés. Le prix des abonnements proposés est élevé. 10 € par mois alors que dans d’autres agglomérations, il est de 10 à 15 € par an. L’abonnement est proposé par abri vélo, lors de déplacements dans l’agglomération vous ne pouvez pas profiter avec un abonnement mensuel de 10 € des différents abris sécurisés sauf si vous payez pour chaque abri (10 € X abris) ! Suite à cette remarque M. le Président de l’agglomération nous a certifié que ce ne serait pas le cas, l’abonnement mensuel de 10 € donnerait accès à la totalité des abris vélos.

Au regard de ces éléments et dans l’attente que le règlement soit modifié pour intégrer l’engagement annoncé par M. le Président lors de la séance nous avons voté « contre » le règlement d’utilisation des abris vélos.

Enfin, nous continuons de défendre l’hospitalité et l’humanité de manière générale. Or intégrer une règle très restrictive d’utilisation des aires d’accueil avec notamment la clause : « les familles devront respecter un délai de carence (ou d’interruption) au moins égal à 90 jours depuis le dernier stationnement » ne nous apparaît être une solution permettant d’éviter de déplacer, à nouveau, les problèmes. Cela n’est pas une réponse durable aux besoins.

Plus que jamais, il est temps de proposer de véritables solutions d’accueil et d’hébergement digne pour les personnes présentes sur notre territoire.